Qui sommes-nous ?

Vision

Les Acadiens et Acadiennes de la région d’Argyle s’épanouissent pleinement en français.

Mission

Le Conseil acadien de Par-en-bas s’engage à promouvoir et à faciliter l’épanouissement et le développement global de la communauté acadienne et francophone de la région d’Argyle, en collaboration avec ses membres.

Buts

Le Conseil acadien de Par-en-bas poursuit les buts suivants :

  1. être le porte-parole principal de la population acadienne et francophone de la région d’Argyle;
  2. faciliter la concertation et le partenariat de l’ensemble des associations oeuvrant au sein de la communauté acadienne et francophone de la région d’Argyle tout en respectant le mandat de chaque association;
  3. offrir des services et des programmes répondant aux besoins de ses membres;
  4. appuyer ses membres dans le développement et l’épanouissement de la communauté acadienne et francophone de la région d’Argyle.

Aperçu de la région

Le Conseil acadien de Par-en-Bas est l’association membre de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse pour la région d’Argyle et, à ce titre, œuvre à la promotion de l’épanouissement et du développement global de la communauté acadienne et francophone de la région d’Argyle.

Située sur la côte sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, la municipalité d’Argyle a une superficie totale d’environ 1 500 kilomètres carrés et comprend une population acadienne importante concentrée dans les communautés de Pubnico-Est, Pubnico, Pubnico-Ouest, Sainte-Anne-du-Ruisseau, Abrams River, Tusket, Pointe-des-Hubbard, Buttes-Amirault, Pointe-du-Sault, Île-des Surette, Île-Morris, Belleville, Bell Neck, Springhaven, Quinan, Wedgeport, Buttes-des-Comeau et La Petite-Rivière.

Par ailleurs, d’autres petites communautés ou villages à majorité anglophone, par exemple Pinkney’s Point ou Arcadia, ont des résidants d’origine acadienne qui parlent toujours français, en particulier lorsqu’il s’agit de personnes aînées.

Selon les données du dernier recensement de Statistique Canada, mené en 2006, la communauté acadienne de la municipalité d’Argyle représenterait 46,6 % de la population totale. Ces données sont toutefois contestées par les membres du conseil d’administration du Conseil acadien de Par-en-Bas, qui sont d’avis que le pourcentage de francophones de la municipalité d’Argyle est plus élevé. Cet écart entre les données statistiques et la réalité peut s’expliquer du fait que ce ne sont pas tous les francophones qui s’affichent comme tel lors du recensement et que la division statistique regroupe également les villages et villes anglophones limitrophes.

Le secteur communautaire de la région d’Argyle est très dynamique, comme en fait foi le grand nombre d’activités organisées, qu’il s’agisse d’activités culturelles, sportives ou communautaires. La région peut également compter sur la présence d’un très grand nombre d’associations et de comités francophones, qu’il s’agisse de la Commission de loisirs de la Municipalité d’Argyle ou du Comité des Jeux de l’Acadie, du côté sports et loisirs ; du Festival acadien international et du Centre de recherche en généalogie pour la culture et le patrimoine ; de la Chambre de commerce d’Argyle ou du Comité économique acadien d’Argyle du côté économique ; ou encore des Lionettes, de l’Association des Acadiennes de la région d’Argyle, des Dames de Sainte-Anne, du Club des Acadiens seniors et des Nouveaux Horizons de la Baronnie, de Quinan, de Pubnico-Est et de Sainte-Anne-du-Ruisseau, pour les clubs sociaux.Enfin, mis à part son réseau complexe de détroits, d’anses et d’îles qui donnent une personnalité propre à chacune des communautés acadiennes, la municipalité d’Argyle compte un bon nombre d’attraits touristiques. On n’a qu’à penser au Village historique acadien de la Nouvelle-Écosse, au Musée acadien ou au Musée de la pêche au thon de Wedgeport pour s’en convaincre.